Représentante spéciale chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants

Je suis honorée d’avoir été nommée Représentante spéciale chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants par le Secrétaire général, et j’ai particulièrement à cœur de collaborer étroitement avec toutes les parties prenantes dans l’exécution de mon mandat.

Les deux dernières décennies ont été marquées par des changements importants dans la promotion des droits de l’enfant et la protection des enfants contre la violence, la maltraitance et l’exploitation. Suivant la ligne directrice tracée par la Convention relative aux droits de l’enfant et d’autres normes internationales fondamentales, des lois, des politiques et des institutions ont été mises en place pour protéger les droits des enfants, d’importantes activités de sensibilisation ont été réalisées et la connaissance des nombreux risques qui peuvent compromettre le développement et la sécurité des enfants s’est améliorée. 

Parmi ces risques, la violence demeure une dure réalité pour des millions d’enfants dans le monde. Le devoir qui nous incombe de protéger les enfants de la violence exige que nous agissions d’urgence. La violence se produit dans tous les contextes, y compris là où les enfants devraient bénéficier d’un environnement sûr et d’une protection spéciale, comme dans les institutions de prise en charge, à l’école et dans la famille. La violence nuit aux enfants lorsqu’elle leur laisse des cicatrices profondes et des séquelles à vie, compromettant leur développement, leurs capacités d’apprentissage et leurs résultats scolaires. 

On ne peut efficacement protéger les enfants de la violence qu’en dialoguant avec toutes les parties prenantes concernées, telles que les partenaires des Nations Unies, la société civile, y compris les enfants et les jeunes, les gouvernements, les organisations régionales, les parlementaires et les institutions nationales indépendantes de défense des droits de l’enfant. Notre tâche est essentielle et nous devons nous en acquitter avec diligence, car le temps presse.

Biographie

Marta Santos Pais a été nommée Représentante spéciale du Secrétaire général chargée de la question de la violence à l’encontre des enfants le 1er mai 2009, et a pris ses fonctions le 1er septembre 2009. En tant que championne mondiale de haut niveau de la cause des enfants, qu’elle défend en toute indépendance, Marta Santos Pais agit en faveur de la prévention et de l’élimination de toutes les formes de violence à l’égard des enfants dans le système judiciaire, à la maison, dans les institutions de prise en charge, à l’école, sur le lieu de travail et dans les collectivités. Elle sert de facilitateur dans toutes les régions et dans tous domaines et milieux où les enfants sont susceptibles d’être victimes de violence. 

Depuis sa nomination, elle s’est employée avec détermination à mobiliser les énergies et les soutiens politiques en faveur de l’objectif poursuivi pour que l’élan soit maintenu et que des progrès soient accomplis régulièrement partout dans le monde. Marta Santos Pais a plus de 30 ans d’expérience en matière de droits de l’homme et de participation aux mécanismes des Nations Unies et aux processus intergouvernementaux. Elle est l’auteure d’un grand nombre de publications sur les droits de l’homme et les droits de l’enfant. Avant d’être nommée Représentante spéciale, Marta Santos Pais était Directrice du Centre de recherche Innocentai de l’UNICEF, poste qu’elle occupait depuis 2001. Elle a rejoint l’UNICEF en 1997 en qualité de Directrice de la Division de l’évaluation, des politiques et de la planification. Auparavant, elle a occupé les fonctions de Rapporteuse du Comité des droits de l’enfant et de Vice-Présidente du Comité de coordination du projet « Politiques de l’enfance » du Conseil de l’Europe. Elle a été Conseillère spéciale pour l’Étude des Nations Unies sur la violence à l’encontre des enfants et pour l’Étude de l’impact des conflits armés sur les enfants réalisée par Mme Machel. Elle a également été membre du groupe des Nations Unies chargé de la rédaction de la Convention de 1989 relative aux droits de l’enfant et de ses protocoles facultatifs et a participé à l’élaboration d’autres normes internationales en matière de droits de l’homme.